20/06/2012

"Au dessus le cyclone" (m.v.)

En face la lueur immobile. Ne plus exister, se dissoudre. Les yeux fermés au monde sur les éclats au loin.

Au dessus le cyclone.

Bourrasque qui cogne aux portes, arrache la terre. La lutte du vent contre la lumière pale. Cri face à l'esprit fermé. Hermétique - à l'émeri. La force absorbée dans le néant, se débat pour exister, se débat, se dissout. Souffle encore, encore, hurle le vent et arrache la neige. Qui s'envole immobile. Les yeux fermés, ouverts sur le vide.

La peur de vivre et de perdre, tu souffles, souffles. Détruire, se détruire et être, ne pas être seul au milieu de la plaine.

Limbes nos royaumes.

Au dessus, le cyclone.

00:48 Écrit par Solène | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/05/2012

--

Je me suspends à ton soupir. Ton souffle au hasard.

Sur l'herbe jusqu'aux dunes, reflet de sable qui exhale la couleur. De feu. Obscur. Je parcours encore ta peau sans y trouver autre chose. Du feu. Du feu. Du feu.

Je ne cède plus. J'intercède. Au pied du mur, le verre de lumière à la main dans la lumière des phares. À d'autres horizons. Qui tombe sur le béton d'automne et s'enfonce, sous des cristaux de sables.

Ton sur ton, jusqu'à l'azur.

Feu et glace liquides sans vie. L'absence dans l'or d'artifice de la ville...vide. Peut-on la voir ? Peut-on la voir ?

Si loin ce n'est plus ici, mais l'autre, jusque là je ne suis plus.

00:19 Écrit par Solène | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/03/2012

Je ne céderai rien

J'essuierai mes larmes sur ma manche
Réchaufferai dans mes mains ta main blanche
Embrasserai encore l'espoir
Qui fait qu'on s'accroche à un soupir
Que pour un rien on s'échafaude un avenir
Mais ceux qu'on aime... ils partent

J'essuierai mes larmes sur ma manche
Ravalerai en moi l'avalanche
Je ne céderai rien au chagrin
Qui souffle quand il n'y a rien à l'horizon
Qui hurle quand la vie nous fait faux bon
Qu'on s'en remet... au hasard

Alors ça y est c'est déjà demain ?
C'est maintenant que l'on se souvient
Un peu trop fort, un peu trop... bien
J'essuierai mes larmes sur ma manche
Ravalerai chaque fois les avalanches
Je ne céderai rien !
Au chagrin

J'essuierai mes larmes sur ma manche.

23:42 Écrit par Solène | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/09/2011

"Just a mirror for the sun"

Passage immobile entre deux eaux. La marée monte. Douceur vague de vagues de soie. Etincelle. Etincelle à la surface des flots, feu que l'eau ne noie pas. Eau noire, éclats de lumière : pensée, vivante, fragile et éternelle. Immobilité immortelle du flot que ondule. Secrets.

Une main caresse le velours. Perle d'eau blanche hors de l'eau noire. Sur le bateau qui vogue, rayon lunaire, je tends la main, recueille l'eternité.

22:56 Écrit par Solène | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/09/2011

Not.

Je vous vois côte à côte marchant dans les dunes.
Je vous vois, mon amour, mon amant d'infortune.
Dans le sombre sillon qui vit mourir vos pas,
Je cours et je m'entête à en perdre la voie.

Je ris à en pleurer devant le feu qui meurt.
Des rivages maudits, je bénis jusqu'aux pleurs
Et pour un dernier souffle, un dernier éclat,
Je vendrais tous mes rêves, s'ils ne sont pas toi.

Mais tu es loin déjà, le souffle de ton rire
Est mort. Et je ne sais plus bien ce qu'est le pire,
Quand dans le sable meurt une ultime minute :
L'idée de ton absence ou celle de la chute ?

 

breath_by_tiloarte-d35mybx.jpg

17:38 Écrit par Solène | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/06/2011

"Kamlyn"


 

Kamlyn, i hope you understand
i hope you know i'm sorry that it's your blood on my hands
Kamlyn, this isn't what i planned at all
but don't you know one last goodbye is now a one night stand is all

'cause

i left myself, i left myself behind
on the heath, in the grass, in the sunshine
and i watch myself as i stab myself in the back
with the question mark

Kamlyn, i hope you know it's tough
to see you one last time just to give you back your stuff, it's tough baby
Kamlyn, i know it, i know we're still in love, i know it, i know
but don't you know one last goodbye ain't never gone be enough

'cause

i left myself, i left myself behind
on the heath, in the grass, in the sunshine
and i watch myself as i stab myself in the back
with the question mark

always in control of it
always in control of it
this isn't what i planned at all
coz i'm always in control

Kalmyn, i wish you'd seen the signs
i hope you know i'm sorry that the best laid plans were mine
yeah....
i hope you understand
i hope you know i'm sorry that it's your blood on my hands

 

 

(Au Petit Prince)

21:07 Écrit par Solène | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |